03 février 2013

Queer Pix - Tout sur l'édition 2013

logo queer pix.jpg

 

 

L'affiche




Le coin des cinéphiles :










 

Inauguration officielle en mairie de Pau

vendredi 15 février à 11h30, salle des mariages

 

28 janvier 2013

Queer Pix 2013 et la presse

Le festival on en parle sur

 

 

 

gay,lesbienne,trans,homosexualité,cinéma

 

Sud-Ouest: la chronique du 15 février




 


 

gay,lesbienne,trans,homosexualité,cinéma

 

 Agenda des évènements à Pau



 


 



(en construction)

23 janvier 2013

"Queer Pix" - 10e semaine du film LGBT de Pau

Demandez le programme !
logo queer pix.jpg

 


Vendredi 15 février


Soirée d'ouverture



Nous vous attendons toutes et tous "crossdressed"
dans la salle ce soir-là !
Les garçons en filles et les filles en garçons !
Pour une confusion des genres totalement "queer" !



20h15 :
La Parade

De Srđan Dragojević, Serbie, 2011, 1h52 min

avec Nikola Kojo et Miloš Samolov

 

Affiche.jpg



La Parade, le synopsis :
Un criminel de guerre se retrouve obligé d'encadrer la gay pride de Belgrade…


Projection suivie d’un débat

avec la déléguée régionale de SOS Homophobie





La sortie de ce film militant sur le droit à l’homosexualité ne pouvait pas tomber plus à propos ! Après La Fanfare, le réalisateur et poète de Belgrade au nom imprononçable Srjan Dragojevic, nous offre une nouvelle comédie déjantée, un bijou d'humour aux dialogues irrésistibles.
Lemon, fanatique d’armes aux tatouages aussi gros que sa croix, a la main mise sur les malfrats de Belgrade. Mais devant le chantage de sa fiancée, ce gangster homophobe, comme l’ensemble de ses fréquentations, va se retrouver forcé de mener la défense de la première Gay Pride Serbe. Ses collègues de judo s’étant désolidarisés de cette cause insupportable, il part en quête de ses anciens camarades de front. Patibulaires bosniaques, albanais, kosovars ou encore guerriers croates vont batailler sous le drapeau arc-en-ciel contre les skinheads. Choc des cultures, leçon de tolérance et hilarité garantie.



Scène auto.jpg

Un rire cathartique. Car dans la Serbie de 2012, on frappe encore les hommes et les femmes ayant une orientation sexuelle différente et pas seulement dans les parcs, mais aussi dans les rues de Belgrade. Le réalisateur, lui-même la cible de discriminations, montre l’indifférence du gouvernement, comme ce chef de police véreux dans le film, qui relate la vraie première Gay Pride de 2001 en Serbie. Laquelle s’est terminée en effusion de sang : une trentaine de militants homosexuels ont été brutalement battus par des hooligans et des néonazis “tandis que la police était postée juste là, ne faisant rien pour arrêter ce massacre” s’indigne le réalisateur. Montrer à l'écran d'anciens criminels des Balkans, qui furent opposés par des haines fratricides, s'unissant pour lutter contre l’homophobie, c'est le grand souffle du film. “Je crois fermement que La Parade aura un effet similaire sur la nation serbe. Ils vont crier, ils vont hurler mais ils vont regarder le film. Et quand ils le regarderont, peut-être vont-ils réfléchir et reconsidérer leurs préjugés et stéréotypes à l’égard de ceux dont la seule faute est d’être différents".


et aussi dimanche 17 à 18h, lundi 18 à 22h15 et mardi 19 à 14h


**********

 

Samedi 16 février


20h30 : Les Invisibles


Documentaire de Sébastien Lifshitz

France / 2012 / 1h55 / couleur

 

Invisibles affiche.jpg



Avec Yann et Pierre, Bernard et Jacques, Pierrot, Thérèse, Christian,
Catherine et Elisabeth, Monique, Jacques.


Les Invisibles, le synopsis : Des hommes et des femmes, nés dans l'entre-deux-guerres. Ils n'ont aucun point commun sinon d'être homosexuels et d'avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l'amour. Aujourd'hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise.

 

Projection suivie d’un débat avec Thérèse Clerc

 

Thérèse Clerc_2.jpg



Thérèse Clerc, un parcours d'exception


Invisible, Thérèse Clerc ? Voilà qui va en faire sursauter plus d’un, notamment ceux qui connaissent la verve et le caractère bien trempé de cette femme publique, la plus célèbre militante féministe de Montreuil, âgée de 86 ans.

A l’affiche des « Invisibles » la fondatrice de la Maison des Femmes et de celle des Babayagas a rarement passé autant de temps sous les feux des projecteurs que ces derniers mois.

En plein débat sur le mariage pour tous, le long-métrage de Sébastien Lifshitz parle d'un sujet que Thérèse connaît bien. Mariée à 20 ans et mère de quatre enfants, elle divorce à 40 ans, se met à travailler et se rend compte qu'elle préfère les femmes.

C'est alors que commence une vie de militante féministe active : elle se bat pour la contraception, intègre le MLAC, Mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception, créé en 1973 et devient même avorteuse.

Elle participe au MLF, milite à la CGT et au PSU et crée un groupe de contestation féministe au sein de l'Eglise.

Elle crée ensuite la Maison des Femmes de Montreuil qui accueille les femmes, leur prodigue des conseils juridiques et personnels, et organise pour elles et avec elles toutes sorte d’ateliers (arts, autodéfense, débats).

En 1997, elle commence à réfléchir à un projet de maison de retraite autogérée pour les femmes, la Maison des Babayagas, à Montreuil... La Maison voit le jour à l'automne 2012.

Aujourd’hui, elle milite encore pour le droit à l’euthanasie. Jusqu’à récemment, elle faisait encore des interventions dans les lycées sur des questions féministes. Aujourd’hui, elle se déplace en province pour impulser la création d’autres Maisons des Babayagas.

Elle s’intéresse aussi à la sexualité des personnes âgées, encourageant les femmes de son âge à ne pas renoncer au plaisir. Elle prépare aussi un congrès sur les « vieux homos », comme elle les appelle.



Thérèse Clerc fait partie de ces personnes qui donnent à voir un autre visage de la vieillesse. Une vision où se conjuguent vie active, vie sociale, solidarité, enthousiasme et envie d’avancer. Une vieillesse épanouissante et riche en expériences.

C'est avec un immense plaisir que nous l'accueillons au Méliès ce soir après la projection !


 

Thérèse Clerc_3.jpg




Quand Sébastien Lifshitz parle de son film :


Collectionneur de clichés amateurs et anonymes qu'il chine ici et là, Sébastien Lifshitz, le réalisateur de Wild Side et des Corps ouverts eLifshitz.jpgst tombé un jour en arrêt sur la photo de deux dames âgées « à l'allure très bourgeoise » dont l'image dégageait un mystère.
Etaient-elles sœurs ou amies ? S'aimaient-elles ? Formaient-elles un couple ?
Pour en avoir le cœur net, il a feuilleté un album entier de leurs photographies dispersées par les années et a vite découvert qu'il s'agissait d'un couple d'amantes qui n'avait pas hésité à prendre la pose. Il s'est mis à chercher d'autres hommes et femmes qui avaient vécu leur homosexualité en des temps moins tolérants, dans les villes, dans les campagnes, et en a fait Les Invisibles, portrait d'une France que personne ne regarde.

« Le jour où j'ai rencontré Bernard et Jacques dans leur appartement du centre de Marseille, ils m'ont accueilli exactement comme ils sont, ici, assis côte à côte devant leur table, Bernard coupant d'emblée la parole à Jacques pour occuper l'espace et me raconter leur histoire d'amour sur un mode humoristique, décalé, avec une verve et un panache qui m'ont immédiatement projeté dans le film.

J'ai vite compris qu'il serait très intéressant de les regarder vivre, de les filmer dans leur quotidien, dans des activités toutes simples, comme de préparer le thé ou de s'habiller.

J'ai l'impression que la scène des “tourterelles” a une force particulière parce que c'est une image inédite. Elle montre une vie, un amour et des corps que l'on voit rarement dans les films. Bernard a 82 ans, Jacques 84. J'ai fait Les invisibles pour des gens comme eux. Je voulais filmer des personnes âgées qui ne sont jamais montrées, regardées, ni écoutées au cinéma ou à la télévision. Voire à la radio ou dans la presse.

les-invisibles-1.jpg



Quand on parle d'eux, c'est pour évoquer la maladie d'Alzheimer ou le trou de la sécurité sociale et je voulais essayer d'inventer quelque chose de plus digne, de plus juste, sur la vieillesse, qui n'est pas forcément une déchéance ou un mouroir. Je trouve malsain que notre société ne représente pas un pan aussi important de sa population et ne la traite que par des clichés, alors qu'il est évident que les personnes âgées ont des choses à raconter et quelles sont intéressantes à regarder. Loin de l'image apaisée de la grand-mère gâteau et du grand-père qui va à la pêche, on découvre vite des hommes et des femmes dotés d'une parole libre, drôle et souvent crue. Ils sont actifs, engagés, ils ont des avis tranchés et ne sont pas forcément mesurés, ils parlent de sexualité, de désir, d'amour, toutes ces choses auxquelles on n'assimile pas la vieillesse. »

« Monique est extraordinaire car elle ne supporte pas le mensonge, ni l'hypocrisie. Comme elle le raconte ici, elle n'a jamais pu s'empêcher de dire qui elle était. Si les gens autour d'elle, au travail, au café, parlaient de leurs compagnons ou de leurs conquêtes, elle ne s'interdisait jamais de le faire aussi. Et d'évoquer la fille qu'elle venait de rencontrer ou celles qui partageaient sa vie. Les gens étaient stupéfaits. A l'époque, tout le monde savait, bien sûr, que l'homosexualité existait mais on n'en parlait pas et le vrai scandale, c'était de le revendiquer ou de l'afficher. Monique travaillait dans l'administration scolaire, elle déstabilisait et perturbait les gens autour d'elle par sa franchise, mais elle le faisait avec un tel naturel que – sans en être forcément consciente – elle a désarmé tous les opposant potentiels qui se dressaient sur son chemin. Avec la liberté de ton et l'humour qu'elle dévoile dans cette scène, elle a fait accepter qui elle était. Et elle montre qu'un individu peut avoir suffisamment de force en lui-même pour s'opposer à un système de pensée et à la morale d'une époque. »

les-invisibles-2.jpg



« Pour moi, il était important de trouver un personnage comme Pierrot. Je voulais parler du monde paysan parce que l'homosexualité existe dans les campagnes et qu'on n'en parle jamais. J'ai donc mis un point d'honneur à dénicher quelqu'un qui incarnerait le monde rural et je suis tombé sur Pierrot par le biais d'une association lyonnaise. Il m'a accueilli chez lui, tel qu'il est dans le film, très “cash” et frontal. C'est une personne entière, un personnage complet, on le regarde, on l'écoute un moment et il est déjà raconté.

Ce champ où je l'ai filmé, c'est celui où il va mener les chèvres depuis l'âge de 4 ans. Il n'a jamais changé de cadre de vie. C'est un personnage intemporel et, ce qui est formidable chez lui, qui n'a pas beaucoup d'instruction, qui a quitté très tôt l'école, c'est qu'il a appris les choses de la vie dans la fréquentation et la contemplation des choses de la nature. Ça lui a permis de devenir cet être libre et de se former une philosophie de la vie qui fait presque de lui un enfant de Rousseau.

Comme Pierrot, filmé à 85 ans dans ce champ où il a passé sa vie, avec sa casquette de biais, ce soleil qui lui tape dans l'œil, les témoins des Invisibles sont des êtres accomplis. Je pense que le plaisir que les gens peuvent prendre à voir ce film vient de là : la découverte de ces gens qui sont partis de loin, qui ont accompli un long chemin et qui, au soir de leur vie, sont arrivés à bon port. Sains et sauf. »



Quant à Thérèse Clerc... elle sera avec nous pour un débat haut en couleurs !

 

et aussi lundi 18 à 18h30, et mardi 19 à 22h30


 

 


***********




et


lundi 18 février

20h15 : Romeos



de Sabine Bernardi
 Allemagne/ 2011 / 1h34 / couleur / vostf


Avec Rick Okon et Maximilan Befort


 

Romeos affiche.jpg



Depuis le bouleversant « Boys don’t cry » de Kimberley Pierce en 1999, on attendait vainement la sortie d’un film transgenre ftm (female to male) d’exception. Ce film pourrait bien être « Romeos » ! Sabine Bernardi réalise ici son premier long métrage et nous offre un film fort et sensuel. Elle s’appuie sur un scénario intelligent qui aborde de nombreuses questions et met en scène des personnages justes et attachants. Très remarqué à Berlin et primé à Paris, « Romeos »  est à découvrir absolument.


Romeos, le synopsis : Lukas, 20 ans, est en plein milieu de sa transition. Il compte les semaines qui restent avant d’en arriver à l’opération qui lui permettra de devenir enfin celui qu’il a toujours voulu être.  Plein d’enthousiasme pour la vie, il arrive à Cologne pour son service volontaire et se retrouve le seul garçon logé avec les filles. Il y retrouve sa meilleure amie, Ine. Elle fréquente la scène homosexuelle de Cologne et l'entraîne avec elle. Il y fait la connaissance de Fabio (Maximilian Befort), beau latino effronté, qui accumule les plans d’un soir mais n’assume pas du tout son homosexualité dans sa famille. Fabio incarne pourtant aux yeux de Lukas le succès et la confiance en soi qu'il n'a pas encore. L'attraction entre les deux garçons grandit jusqu'au jour où…

 

Romeos_1.jpg



Pour aller encore plus loin : Même si aujourd’hui les jeunes trans ont parfois la chance d’être épaulés dans leur reconstruction identitaire, la phase de transition reste difficile. 

 


et aussi mardi 19 février à 22h



**********



Yossi 

 
Un film de Eytan Fox
Avec Ohad Knoller, Lior Ashkenazi
Israel / 2012 / 1h23 / couleur / vostf


 

Yossi_Affiche.jpg




Voilà plus de vingt ans qu’Eytan Fox s'interroge sur la place des homosexuels en Israël, au sein d’un conflit qui n’en finit pas. Il n'a pas cessé de mettre en scène des personnages qui vivent leur sexualité du mieux qu’ils peuvent dans une société en évolution mais toujours bridée par le patriarcat hétérosexuel.

En 2002, Yossi & Jagger avait marqué les esprits en montrant un couple de soldats gay engagés dans la guerre contre le Liban. Jagger tombait au combat, laissant Yossi seul.

Dix ans plus tard, Yossi est devenu cardiologue, n’a pas fini son deuil et cache toujours son homosexualité à son entourage. C’est là qu’Eytan Fox le retrouve, avant un burn-out qui l’engage à prendre quelques jours de congés à Eilat, où il rencontre rapidement un jeune soldat qui effectue son service militaire et avec lequel il va peut-être pouvoir reprendre goût à la vie.

Avec Yossi, mine de rien, Eytan Fox crée un genre nouveau : la comédie romantique gay !

samedi 16 à 18h15, dimanche 17 à 21h45 et mardi 19 à 16h15

 

 **********


 

Hors Les Murs

  

de David Lambert

France Belgique Canada / 2012 / 1h38

Avec Guillaume Gouix et Matila Malliarakis

 

Hors Les Murs_afffiche.jpg


Hors Les Murs, le synopsis : Paulo, un jeune pianiste, rencontre Ilir, un bassiste d'origine albanaise. Aussitôt, c’est le coup de foudre. Du jour au lendemain, Paulo quitte sa fiancée pour s'installer chez Ilir. Le jour où ils se promettent de s’aimer pour la vie, Ilir quitte la ville et ne revient plus...

Ce film est à voir un peu comme on lit un roman d'apprentisage: les maladresses des personnages, leurs hésitations, leur violence et leur souffrance, leur incapacité à sortir des murs qui les brident au point de se retrouver prisonniers de la passion, de la drogue ou de jeux risqués, jusqu'à l'expérience des murs de la prison même, nous irritent parfois, mais plus souvent nous touchent et nous émeuvent ! Paulo et Ilir, c'est l'histoire d'une éducation sentimentale moderne, c'est l'apprentissage de la perte, du chagrin et du choix.

 

dimanche 17 février à 20h, lundi 18 à 16h15 et mardi 19 à 18h



***********




En secret (titre original : Circumstances)

    
de Maryam Kesahrvaz
Iran / 2011 / 1h46 / couleur / vostf


avec Nikohl Boosheri, Sarah Kazemy et Reza Sixo Safal



 

En secret_Affiche.jpg




 

Le film a nécessité un an de préparation et seulement 25 jours de tournage. Alors que l'histoire se déroule à Téhéran, le film a été tourné à Beyrouth car il n'était absolument pas envisageable de faire un tel film en Iran. Il a tout de même fallu mentir aux autorités libanaises pour obtenir les autorisations de tournage, en leur fournissant un scénario dépouillé de toute référence à la sexualité, à la religion et à l'Iran.


En secret, le synopsis :
Atafeh et sa meilleure amie Shirin sont deux jeunes filles de Téhéran. Elles fréquentent des soirées underground et profitent de leur jeunesse. Un jour Mehran, le frère d'Atafeh,  revient s'installer à la maison : il est devenu membre de la police des mœurs et côtoie de plus en plus la mosquée du quartier. Dans une société iranienne très conservatrice, une histoire d'amour naît entre les deux femmes. Mais Atafeh et Shirin sont peu à peu rattrapées par la dure réalité de leur pays...

Circumstances_1.jpg


 vendredi 15 février à 18h et mardi 19 à 20h30

Note: la grille horaire sera publiée en fin de mois

21 janvier 2013

Avant-première

logo queer pix.jpg

Dans le cadre des Bobines du jeudi, " Queer Pix " présente :

 

Filmer au féminin : une cinéaste pionnière !

 

Olivia_1.jpg

" Olivia "

film français de 1951

réalisé par Jacqueline Audry

avec Edwige Feuillère

le jeudi 7 février à 20h15

 

Pour nous présenter le film et en faire la lecture approfondie, nous avons convié Brigitte Rollet, chercheuse au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines à l'université de Versailles Saint-Quentin et chargée de cours à Sciences Po.

C'est la troisième fois que Brigitte Rollet se déplace à Pau pour la semaine du film LGBT. Non seulement nous apprécions tout particulièrement son analyse cinématographique précise et intelligente, mais encore il faut savoir qu'elle  est l'auteur d'un essai remarquable et remarqué sur Jacqueline Audry, paru en 2007. Il s'agit de “Jacqueline Audry, Cinéaste pionnière”, in Profession : créatrices. La place des femmes dans le champ artistique, Genève: Editions Antipodes, pp. 133-152.

Qui est JACQUELINE AUDRY ?


Née en 1908 dans le Vaucluse, elle a 12 ans quand ses parents s'installent à Paris. Tout en poursuivant des études médiocres, elle commence à rêver de cinéma. Elle exerce ensuite plusieurs métiers jusqu'à ce qu'une amie figurante lui fasse envoyer une convocation pour tourner dans un film publicitaire. C'est la révélation! Mais on est dans les années 30 et, pour une femme, il n'est alors guère facile de passer derrière la caméra. Elle sera d'abord scripte puis assistante, notamment de Pabst, Delannoy, Ophuls.


En 1944, elle réalise son premier long métrage en adaptant les Malheurs de Sophie de la comtesse de Ségur. En 1948, après un deuxième long métrage, c'est la grande rencontre avec la romancière Colette, qui lui donne son accord pour qu'elle porte Gigi à l'écran ! Ce film lui donne la notoriété internationale !

JACQUELINE AUDRY 21.jpg

Toujours d'après Colette, elle tourne Minne, l'Ingénue libertine avec Danièle Delorme en 1950, puis Mitsou en 1956. « Les combats menés par la femme pour sa liberté, dans la société, dans la famille, en amour, m'ont toujours fascinée », déclare-t-elle pour expliquer ses choix. Ses films analysent en effet les sentiments féminins avec une grande finesse.

Elle réalisera 16 films dont une adaptation du roman de Victor Margueritte, la Garçonne, une adapation du Huis Clos de Sartre et le Secret du chevalier d'Eon. Elle tourne également pour la télévision dès les années 60.

Jacqueline Audry est l'une des seules réalisatrices françaises à accéder à la notoriété à cette époque.  Elle décèdera tragiquement dans un accident de voiture à Poissy en juin 1977.

 

Olivia, le synopsis :
Victoire, cuisinière d’une institution de jeunes filles va chercher Olivia, jeune étudiante anglaise, à la gare. La direction de l'école est partagée par Mademoiselle Julie et Mademoiselle Cara, aux deux personnalités très différentes. Julie partage son temps entre ses élèves et des soirées à la mode. Cara, en revanche, passe le plus clair du sien dans sa chambre, à se plaindre de son état de santé pour attirer l'attention des élèves. Un jour, Julie propose à Olivia une luxueuse chambre au même étage qu’elles. Cara offre alors à Olivia un privilège encore plus grand, la chance de regarder l'album photo de l'institution. Bientôt l’innocente Olivia va devenir la victime de la rivalité amère des deux femmes…

 

Olivia_2.jpg

et aussi le samedi 9 février à 14h / le lundi 11 février à 16h

20 janvier 2013

L'édito de la Présidente

 

Queer Pix – 10e édition

 

A l’ère du pixel et du mouvement queer, la semaine du film LGBT revendique son identité, hors genre et hors norme ! En 2013, elle adopte le nom de "Queer Pix", intégrant ainsi tous les possibles de l’altersexualité.

 

2013 ou les étapes de la reconnaissance ...« Olivia » puis « Les Invisibles » illustreront l’amour qui ne dit pas son nom. La sortie du placard, la lutte contre l’intégrisme et la fierté seront incarnées à l’écran par « Romeos », « En Secret »  et « La Parade » !  Enfin la romance s’épanouira dans « Hors Les Murs et « Yossi »!

 

Merci à toutes celles et ceux qui rendent cet évènement possible.

Isabelle Saintagne

19 janvier 2013

Sponsors du festival 2013

homosexualité,gay,lesbienne,trans


La 10e édition de "Queer Pix"
aura lieu au cinéma Le Méliès du 7 au 19 février 2013.

homosexualité,gay,lesbienne,trans



Les commerçants-partenaires et sponsors officiels du festival sont:

 

La Ville de Pau

    

gay,homosexualité,lesbienne,trans,cinéma

et, dans l'ordre alphabétique...


Cabaret Au Suivant
http://cabaretausuivant.wordpress.com/
29 avenue Frédéric et Irène Joliot-Curie 64140 LONS
Tél:
06.99.06.32.76
Bar Cabaret Concerts

Cap à Cap Coiffure
52 rue du Maréchal Joffre, 64000 PAU
Tél: 05 59 27 17 82
Yves vous accueille avec une gentillesse et une compétence hors pair dans son salon chaleureux et confortable. Gay friendly.

Le Dépôt-Vente de Sabine
11 bis Place du Foirail, 64000 PAU
Tél: 05 59 14 97 13
Vêtements de femmes et accessoires

DK Bar
6 rue René Fournets, 64000 PAU
Tél:
06.77.15.37.79
Bar gay et lesbien, déco tendance, branché !
Ouvert du jeudi au dimanche.
 

Espace Culturel Parvis 3
Centre Leclerc
Avenue Louis Sallenave 64000 PAU

Tél.: 05 59 80 80 80


L'Entropie
20 rue Bernadotte, 64000 Pau
Tél :0559829544
Bar-Librairie Café littéraire


Freebowl
Quartier Libre, 180 boulevard de L'Europe, 64230 Lescar
Tél.: 05 59 77 66 66

Bowling Billard Espace Détente


Ipadour
85 boulevard Cami Salié, 64000 PAU
Tél.: 05 59 27 27 63

Création et Impression. Imprimeur du Méliès, le nôtre, pour nous c'est le meilleur !

Johann Coiffure      
Salon de Coiffure-Esthétique
7 place de la Libération 64000 PAU

Tél.: 05 59 27 70 90
Le must du salon de coiffure sur Pau. Accueil, sourire, disponibilité, et conseils avisés. Johann vous reçoit en personne Gay friendly.

Journal Factotum
"La Renardière"
Chemin du Lavoir 64160 SERRES MORLAAS
Tél.:
06 60 43 19 42
Journal mensuel de vos sorties... et plus si affinités !

Restaurant La Fiancée du Désert     
Spécialités arméniennes et libanaises
21 rue Tran 64000 PAU

Tél.: 05 59 27 27 58
Ouvert du mardi au samedi

 

Restaurant Valentino
Spécialités italiennes
13 rue Bourbaki 64000 Pau
Tél.: 05 59 84 07 20
A deux pas du Méliès, service même tard !


Royal Music
10 rue Lamothe 64000 PAU
Tél: 05 59 27 61 30
Très haute-fidélité, vidéo, appareils et accessoires. Accueil sympathique et conseils éclairés.
 
Librairie Tonnet
3 bis, place Marguerite Laborde 64000 PAU
Tél: 05 59 30 85 40
L'une des plus anciennes librairies de France, rayons jeunesse, histoire, sciences humaines, etc.


 

Au suivant carte cmjnrecto.jpg        Logo Tonnet.JPG

gay,homosexualité,lesbienne,trans,cinéma                 logo entropie.JPG

gay,homosexualité,lesbienne,trans,cinéma  CAP A CAP logo.jpg  logo-factotum.jpgLogo FreeBowl.jpg  gay,homosexualité,lesbienne,trans,cinéma  Logo Johann 2.JPG

 



Et avec le soutien de:



Sauna Eros
8 rue René Fournets, 64000 PAU
Tél:
05 59 27 48 80


 

Et vous ?
Vous auriez souhaité être sponsor du festival ?
Contactez-nous pour le prochain, le plus rapidement possible!
Mais il est encore possible de soutenir
notre association,
d'adhérer ou de devenir membre bienfaiteur:

Contact: Mail to IDEM

18 janvier 2013

L'affiche 2013

homosexualité,gay,lesbienne,trans